1.      Origine de cette recherche

Cette recherche s’inscrit dans une réalité sociétale où les violences conjugales constituent en France un véritable problème de santé publique.

En effet, selon le rapport de la mission interministérielle pour la protection des femmes contre les violences et la lutte contre la traite des êtres humains, 220 000 femmes sont victimes chaque année de violences dans le couple, et une femme décède tous les 2,7 jours dû à ces violences.

Face à l’ampleur du phénomène, le gouvernement a ainsi mis en place un plan de mobilisation et de lutte contre toutes les violences faites aux femmes (2017-2019). Cette recherche s’inscrit dans les besoins d’amélioration de l’accompagnement de ces femmes, des enfants et donc de ces familles.

Peu de recherches universitaires portent sur le domaine de la violence conjugale. Notre spécialisation dans l’écoute psychanalytique du couple et de la famille à l’Université de Franche-Comté, ainsi que dans l’étude de la dimension traumatique et du lien de violence, nous a conduits à rencontrer lors de l’une de nos conférences sur la violence intrafamiliale, l’association Solidarité Femmes à Besançon, dont la mission est celle d’accompagner des femmes victimes de violences conjugales ainsi que leurs enfants. L’idée d’un projet de recherche a émergé.

[/vc_column_text] [/vc_column][/vc_row]