Il faut accepter le fait que toutes les femmes ne sont pas prêtes à se séparer de leur conjoint ou à porter plainte, mais il faut aussi pouvoir les orienter. «Toutes les femmes peuvent se faire aider, il faut appeler le 39 19, le numéro d’écoute nationale avec des psychologues ou des assistantes sociales vont la conseiller.» Des professionnels qui vont entendre quelle est sa situation et l’orienter au mieux, vers des associations locales ou directement adaptées à ses besoins (juridiques, psychologiques, matériels etc).

Les 4 chiffres importants à retenir :

Une femme sur cinq en Europe a subi des violences physiques ou sexuelles, et presque une sur deux des psychologiques, selon une enquête de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne parue l’an dernier et relayée par Libération.
Chaque année, en France 216 000 femmes âgées de 18 à 75 ans sont victimes de violences physiques et/ou sexuelles de la part de leur ancien ou actuel partenaire intime.
En région Île-de-France 80 à 90 % des femmes déclarent des violences psychologiques (dénigrement, mépris, humiliations…).
Selon les données de la Banque mondiale, le viol et la violence conjugale représentent un risque plus grand pour une femme âgée de 15 à 44 ans, que le cancer, les accidents de la route, la guerre et le paludisme réunis.
Source : buzzfeed.com