Prévention des comportements sexistes

La prévention des comportements sexistes est une préoccupation de Solidarité Femmes depuis de nombreuses années.

Ce travail a démarré en 1989 avec le Collectif contre les abus sexuels (lien) qui a abouti à la réalisation d’une vidéo de prévention en direction des enfants de maternelle : « Non, oui, c’est moi qui le dis » en 1997/1998.

Cet outil a reçu l’aval du Centre National de Documentation Pédagogique et est diffusé dans tous les CDDP.

En 2001, au regard des résultats de l’enquête ENVEFF et de notre expérience auprès des femmes victimes de violences conjugales, nous avons mis en place un groupe de réflexion sur la question de la prévention des comportements sexistes.

Nous faisons le choix de nous adresser en priorité aux adolescent-e-s et de construire notre propre outil.

En 2004, nous avons obtenu un agrément du Rectorat pour mener des actions de prévention dans les collèges et lycées.

Depuis 2005, un travail est engagé avec des établissements scolaires du département du Doubs. Notre démarche est de travailler dans un premier temps avec les équipes éducatives dans le cadre des Conseils d’Education à la Santé et la Citoyenneté afin de construire des relais et d’engager une partie au moins des personnels éducatifs et enseignants.

Cette action a pour but de sensibiliser les jeunes au respect mutuel, à la promotion des comportements non sexistes.

Elle vise plus particulièrement à ce que filles et garçons puissent repérer les stéréotypes dans lesquels ils/elles peuvent être enfermés, en lien avec les images qu’ils-elles ont de l’homme, de la femme, du couple, etc.

Elle leur propose également de s’ouvrir à d’autres possibles.

Nous savons que garçons et filles ont envie que cela se passe mieux entre eux. Il s’agit donc travailler sur l’idée qu’il est intéressant pour tout le monde de changer certains comportements.

Les actions de formation, de sensibilisation auprès des partenaires

Chaque année, nous menons différentes actions de sensibilisation, formation sur les violences conjugales.

A l’Institut Régional en Travail Social : chaque année nous intervenons auprès des élèves en formation d’assistant-e-s de services sociaux et d’éducateurs-trices spécialisé-e-s. Cette sensibilisation, intégrée dans le cadre de la formation de base reste totalement indispensable.

Auprès des partenaires sociaux : Une journée complète de formation sur les violences conjugales. L’ensemble des acteurs est demandeur de ce type de formation. La table ronde organisée l’après-midi au sein de cette formation permet l’identification des partenaires positionnés sur la question des violences conjugales.