Le projet associatif  élaboré par l’association Solidarité Femmes Besançon décrit notre engagement  pour les années à venir, jusqu’en 2016.

 

Ce texte est important pour l’ensemble des acteurs et actrices intervenant dans l’association qu’ils ou elles soient bénévoles, administrateurs–trices, salarié-es ainsi que pour nos nombreux partenaires et surtout,  il est la toile de fond et fixe le cadre de nos actions pour accompagner les femmes et leurs enfants.

Plusieurs  réunions ont permis d’en confirmer l’opportunité et de définir les valeurs tout en  améliorant et nuançant le contenu.

Un groupe de travail composé de  cinq membres s’est réuni pour élaborer les propositions et relire le pré projet.

Nous entendons privilégier le travail en équipe où chacun-chacune est appelé-e à contribuer à la réussite de notre ambition collective, fondée sur un principe de cogestion défini comme suit :

(Proposition de définition suite à la réunion du bureau et des salarié-es de novembre 2010)

« La cogestion est l’exercice en commun de la gestion et de l’administration d’une institution. La cogestion permet le partage de l’autorité et de la responsabilité de gestion. La cogestion désigne le système de  participation active des salarié-es à la gestion à organiser au sein de l’association. C’est un mode de gestion où la direction ( bureau de l’association) et le personnel prennent ensemble les grandes décisions dans des organes ou instances  prévus par les statuts de l’organisation. Le mode de délégation du personnel, les procédures  de fonctionnement, les modes de décision, les pouvoirs de gestion y sont formellement définis. » . Définition de Philippe LORINO, professeur à l’ESSEC/alternatives économiques N°145 – février 1997.

Merci à tous ceux et celles qui ont travaillé à ce pré-projet qui devrait aboutir lors de l’assemblée générale du 18 mars 2011.

La Présidente, Christine Perrot .

_______________________

 

DÉCOUVREZ SOLIDARITÉ FEMMES « Besançon »

 

Association loi 1901, Solidarité Femmes Besançon est créée en 1980 et est née de la lutte des femmes et du mouvement féministe. Depuis 30 ans, elle continue à militer au côté des femmes victimes de domination masculine. Elle revendique une société égalitaire pour que chacun et chacune  soit respecté-e en tant qu’être humain dans ses choix de vie.

Suite au travail de réflexion sur le projet associatif, il est proposé une réactualisation de l’objet au regard de l’histoire et de l’évolution

Réflexion et Proposition du groupe de pilotage (Statuts de l’association à modifier) L’association aurait pour objet de :

  • Lutter contre toutes les formes de violence sexuelles exercées contre les femmes et les enfants, •    Et de prendre toutes les mesures nécessaires pour créer des lieux d’accueil et d’écoute et d’hébergement pour des femmes victimes de violences physiques, morales, sexuelles, psychologiques, économiques et autres, au sein du couple et de la famille et à leurs conséquences y compris sur les enfants. •    Et,  permettre à ces femmes et leurs enfants de rompre avec la violence conjugale. (Voir Chapitre 4 : projet d’établissement).

Tous les moyens légaux pourront être utilisés :

–    campagnes d’informations et actions de formation –    publications diverses –    actions en faveur de l’amélioration de la législation.

L’association solidarité femmes  peut se porter partie civile. Le support privilégié de l’association est le Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS) intitulé : « Solidarité Femmes de Besançon ».

Le travail de réflexion a permis de s’interroger sur  les valeurs défendues depuis la création et de vérifier si  nous étions toujours en accord avec celles-ci. Dans un contexte de société qui évolue où le patriarcat est dominant, nous osons affirmer qu’elles sont la source de notre engagement afin d’accéder en tant que femme à plus d’égalité de droit et de citoyenneté.

Ainsi, trois valeurs fondamentales sont définies ainsi :

Solidarité : accompagner  les femmes et leurs enfants  victimes de violences à se réapproprier leur vie  et leur citoyenneté lors de temps d’échanges et de partage, et d’un éventuel  hébergement, ceci en toute convivialité. Féminisme : l’association se positionne dans la continuité du mouvement des femmes et s’engage contre toute forme d’aliénation, de domination et de ségrégation sexiste. Égalité : le but est d’avancer ensemble dans le respect des droits et des diversités d’expression du genre humain vers une société égalitaire.

Ce principe guide l’association tout au long de son projet. Il s’annonce tant auprès des femmes accueillies que dans les relations avec les partenaires à deux échelons :

  • Les partenaires de l’association et du CHRS •    L’environnement – acteur politique et public, en tant que force de propositions.

Il s’agit pour l’association solidarité femmes de poursuivre sa réflexion et de prendre en compte deux dimensions fondamentales sociétales à savoir :

  • La laïcité : l’association est une organisation non gouvernementale, elle n’est affiliée à aucune organisation politique ou religieuse. Elle travaille dans l’optique de lutter contre l’oppression spécifique des femmes et contre toutes les formes de discrimination  et de violence qu’elles subissent pour que soit garanti leur droit à la dignité, à l’égalité et à la liberté.
  • La non neutralité : De par son action spécifique au côté des femmes, les intervenant-es s’engagent à travailler à partir de leur parole, et à lutter contre la banalisation des violences qui ne se résume pas à un problème de précarité sociale.

Dans ce cadre l’association

  • Revendique et s’affirme comme féministe ou pro féministe, solidaire du mouvement féministe. •    Fait partager l’analyse politique de la domination masculine et vise à déconstruire ces rapports de domination, •    Milite  et s’engage par diverses actions à contribuer, à sensibiliser la société  aux réalités des violences faites aux femmes et développe des conditions  d’une prise de conscience individuelle et collective  pour que l’égalité soit garantie à toutes et tous. •    Gère des structures éclatées (CHRS) où se pratiquent l’accueil, l’écoute  et l’accompagnement des femmes et de leurs enfants. Elle assure aux personnes hébergées mise en sécurité et protection. •    Réaffirme qu’elle est contre la médiation pénale dans le cadre des violences conjugales. •    Défend un accompagnement spécifique conduit auprès des femmes victimes de violences conjugales et de leurs enfants.

L’association revendique une société égalitaire où chacun et chacune est respecté-e en tant qu’être humain dans ses choix de vie, pour qu’il y ait changement des mentalités, des lois et des comportements pour l’égalité entre les hommes et les femmes.

La démarche participative, la convivialité et la créativité

Ces trois principes reposent sur le développement d’initiatives et  la création de liens entre tous les acteurs de Solidarité femmes. En tant qu’acteurs-actrices, nous sommes responsables du climat favorisant l’éclosion et l’épanouissement de ces liens, au travers de la pratique  au quotidien par :

  • De l’écoute active  pour comprendre l’autre quel qu’il soit, •    Des initiatives créatrices de rapprochement et de convivialité entre  les membres de l’équipe, les membres du bureau, les bénévoles, les femmes accueillies et/ou hébergées, les partenaires. •    Du partage des difficultés, des échecs, des succès et des projets.

C’est au travers de ces principes que s’organise le travail des membres du bureau, des  bénévoles et des  salarié-es.

L’implication dans l’association demande aux acteurs-actrices qui la composent de s’engager à :

  •  Travailler et communiquer dans le respect des opinions, de la parole de chacun et chacune. L’engagement  sur la mise en place des actions, sur les méthodes et sur les moyens demande respect, responsabilité et concertation.
  •  Dépasser les tensions en proposant  la gestion de ou des conflits et la négociation. Les attitudes et  les comportements de solidarité sont à promouvoir au sein de l’association en tant que compétences à conforter ou à acquérir. Ces comportements et attitudes supposent de la part de chacun-chacune : respect, attention, écoute, échange, tolérance, transparence…et disponibilité.

Pour ce faire, il s’agit de rendre concrets :

  •  Les conditions d’accompagnement des femmes et de  leurs enfants  de façon à favoriser l’auto-organisation dans leur vie quotidienne et leur autonomie pour le futur. •    Le travail en équipe : -> La valorisation et le soutien  apportés aux collègues et aux partenaires dans l’action de terrain, -> L’initiation d’actions communes et transversales entre les différents intervenants sociaux, espace administratif et financier et services techniques.

La diversification des projets

Depuis sa création jusqu’à ce jour, l’association Solidarité Femmes a initié et développé des actions comme le CHRS.

 

Les actions de l’association s’appuient sur cinq axes :

Sensibiliser – prévenir – former

  •  Par des campagnes d’information et des actions de formation.

Proposer  – imaginer – initier des actions  collectives

  •  Créer et développer des ateliers participatifs, •    Partager des savoirs et des compétences entre bénévoles, salari-ées et femmes  hébergées.

Lutter – relayer- revendiquer – proposer de

  •  Se porter partie civile, •    Réaliser et diffuser des publications diverses, •    Réfléchir  à des actions en faveur de l’amélioration de  la législation.

Gérer le CHRS, support privilégié pour  accueillir, écouter, informer et orienter, héberger et accompagner.

  •  Donner la parole aux femmes victimes de violences conjugales et aux enfants exposés à ces violences, leur permettre de rompre avec la violence conjugale. •    Lutter contre la banalisation de violences, les accompagner dans leur reconstruction personnelle, les aider à faire valoir leurs droits de femmes, de mères, de citoyennes. •    Favoriser l’autonomie des femmes par tous les moyens mis à leur disposition, les accompagner à l’accès au logement  et à l’insertion sociale et professionnelle. •    Promouvoir une prise en compte spécifique des enfants exposés aux violences.

Adhérer et participer à la vie de la Fédération Nationale Solidarité Femmes  en s’impliquant dans diverses  actions du réseau. Site internet http://www.solidaritefemmes.org/

Cette approche par projet et actions exige de l’association :

  •  De réaffirmer et renforcer l’identité de notre association, •    De rendre les actions lisibles de tous et toutes : femmes, partenaires associatifs, et partenaires institutionnels, •    Assurer une réflexion permanente aux évolutions en lien avec les enjeux et les politiques publiques.

En perspective, il s’agit :

  •  De stabiliser et conforter les projets et les actions, •    De diversifier l’offre de service. •    De poursuivre la réflexion et de repenser l’organisation et le fonctionnement dans un cadre de cogestion où la co-production des actions se mène avec les professionnels, les membres du bureau, les bénévoles, les partenaires et les femmes accompagnées.

Ce qui demande :

  •  Un développement permanent des compétences  de tous les professionnels qui favorise motivation et mobilisation, •    Une gestion prospective tant sur le plan administratif, financier que des ressources humaines, •    Une intégration de cette approche  à tous les niveaux de l’organisation.

La poursuite de l’effort de renforcement des relations tant en interne qu’avec les partenaires est au centre de cette approche  de coopération. Ces relations doivent être de plus en plus claires, fiables et stables dans le temps.

La création d’un groupe de réflexion ou d’un comité d’accompagnement du projet associatif pour veiller à :

  •  La concrétisation des valeurs dans les actions et les pratiques professionnelles et la gestion au quotidien. •    La place centrale des femmes accompagnées et de leurs enfants dans l’action entreprise avec elles et par elles. •    La promotion d’une véritable dynamique associative.

Dans un contexte de mutation du secteur sanitaire, social et médico-social, l’association doit renforcer et viser un rôle de pilotage stratégique, s’appuyant sur une relation équilibrée faite de dialogue et de respect du projet associatif. L’enjeu du maintien des valeurs féministes est important, la question des violences ne se résumant pas à la précarité sociale. (Voir projet associatif FNSF)

 

Nous remercions celles et ceux qui ont contribué à l’élaboration de ce document fédérateur qui réaffirme l’identité de l’association et qui accepteront de nous faire évoluer dans une démarche d’évaluation permanente de nos actions et du CHRS.